"Qui a enfourché un tigre ne peut plus en descendre".
Proverbe zen




Deux Faces




"Au début, ça vous étonne, ça vous irrite de buter partout sur un monde au double visage, non seulement sur des considérations qui du fait de leur complexité ont entre elles une certaine opposition, mais qui s'affrontent, se contredisent comme le blanc et le noir; cette juxtaposition dans l'instant de deux visions, de deux sensations opposées, qui peuvent avoir été perçues pendant une période de temps plus ou moins longue, relève d'une vision du monde et d'une méthode d'écriture, d'une technique de dramatisation. En tout cas, chez Thomas Bernhard les aspects positifs et négatifs des hommes et des choses se heurtent de front ou bien ne sont jamais bien démêlés; il a de l'homme la vision contradictoire de Montaigne, un des auteurs favoris de ses personnages."
    R. Pâquet : Thomas Bernhard, Esquisse avec Masque.



"Qui a enfourché un tigre ne peut plus en descendre" Ce proverbe zen est un vrai labyrinthe. Celui qui a enfourché le tigre, est un champion, mais il est obligé de rester sur sa monture, sous peine de se faire un peu croquer par le tigre. Pas si malin le bonhomme...
Ce proverbe est magique parce qu'il exprime deux aspects de la vie en une seule phrase, un peu comme les visages des femmes sur les toiles de Picasso, de face et de profil en même temps.



Il était une fois un vieux monsieur pauvre qui avait pour tout bien un vieux cheval. Un jour le vieux cheval s'enfuit... Les gens de déclarer au vieux : "Mais quel Malheur!!!".
Et le vieux de répondre, impassible: "Va savoir.....?"
Quelques temps après le vieux cheval réintègre son enclos suivi d'une horde de chevaux sauvages. Les gens de déclarer "Mais quel bonheur!!!!!"
Et le vieux de répondre, impassible: "Va savoir......?"
Le fils du vieux décide de monter l'un des chevaux sauvages, badaboum, une jambe et un bras cassés. Les gens de déclarer: "Quel malheur!!!!"
Et le vieux de répondre " Va savoir......?"
Quelques temps plus tard la guerre est déclarée, tous les jeunes hommes doivent rejoindre l'armée, sauf le fils tout cassé du vieux.
Les gens de déclarer: "Mais quel bonheur!!!"
..Et le vieux de répondre "Va savoir.....?..."
etc, etc...
Cette histoire m'a été communiquée par une internaute, pour ma page Premiers secours.
J'y lis que ce n'est pas la réalité qui nous fait mal, mais plutôt ce qu'on en fait dans notre tête.
J'y lis aussi un stéréotype zen, qui dirait qu'il faut cesser peut-être de laisser parler notre "commentateur interne", qu'il faut cesser de porter sans arrêt des jugements sur la réalité, mais simplement la voir. Observer sans conclure, disait je crois Krishnamurti. Facile à dire...

Dans cette histoire je vois surtout que tout ce qui nous arrive possède deux faces (ou plutôt : on peut lui donner deux faces) : une face triste et une face heureuse, ça dépend de celle qu'on a envie de regarder au moment où ça nous arrive. L'histoire, de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine.
Le sage est-il celui qui ne "décide" pas ? Observer, sans conclure.




"la gravité est le bonheur des imbéciles"
Montesquieu (ou Montaigne ?)

Dans mes bouts de page Cul-cul la praloche et Bex on parle aussi de cette idée-là. Ne voir qu'une face aux choses est source de ridicule, au mieux. Non ?

Pour moi, est cul-cul la praloche tout ce qui ne voit que le côté sérieux de toutes les choses. C'est plutôt amusant. On a envie de donner du coude et de dire "Hé, ho ! C'est pas si important".
Le romantique, qui ne voit que le côté tragique ou intense de la vie, est un curieux animal.
Le fan ne voit que le côté "c'est génial" de celui dont il est fan, ce qui est fatiguant.
L'intégriste refusera sans doute d'envisager que quelqu'un puisse penser autrement que lui.



"La seule différence entre moi et un fou, c'est que je ne suis pas fou".
Salvador Dali
"Quand je suis seul, je veux aller parmi les hommes, quand je suis parmi les hommes, je veux être seul...".
Thomas Bernhard : Gel.
"Willy went outside.
He loved to breathe fresh air,
But he went outside anyway."
The Story of Willy, by King Missile
"Les vaincus doivent se taire, comme les graines".
St Exupéry
"Il y a un autre monde, mais il est dans celui-ci".
Paul Eluard
"First there is a mountain, then there isn't, then there is".
Koan Zen



OPPOSITIONALLIANCEFUSION
<< OU >><< ET >><< DANS >>
Je sépare
je lutte
je m'oppose
je me bats
Je relie
je négocie
je dialogue
je fais avec
J'accepte
je me rallie
je m'intègre
je me coule dans

Dans quelle famille vous situez-vous ?

d'après Pascale Weil : A quoi rêvent les années 90



"Life is a comedy for those who think
and a tragedy for those who feel".

Horace Walpole

"Si l'Orient contemplait la forêt, l'Occident en comptait les arbres.
L'esprit qui connaît les arbres ET la forêt est un nouvel esprit".

Marilyn Ferguson
Je trouve amusant de relire la citation de Walpole après celle de Ferguson : entre le think et le feel, pourquoi faudrait-il choisir ? Le plus malin n'est-il pas celui qui explore les deux faces ? Alors c'est la bagarre, n'est-ce pas, entre la raison et les sentiments, mais c'est une bonne bagarre.